Quels sont les atouts réciproques des téléconsultations avec ou sans vidéo ?

Indications au sujet des outils

Les outils nécessaires pour les professionnels :
- un ordinateur sur Mac ou Windows, ou un simple smartphone dans certains cas ;
- un accès à internet par smartphone (3G, 4G), ou par box (ADSL ou fibre) ou par satellite ;
- une solution de visioconférence ou de téléconsultation, qui peut aller du simple au complexe : 

  • En période covid et jusqu’au 31 Décembre 2020 (sous réserve d’évolution du remboursement des actes de télémédecine par la CNAM)  Skype, Facetime, Zoom, Teams, Go to meeting, etc…  sont utilisables. Une visioconférence via ces outils n'est pas sécurisée, mais est acceptable du moment qu’aucun document n’est échangé, ni aucune conversation enregistrée.

  • des solutions de téléconsultation via des sites professionnels dédiés, proposant notamment d'échanger des documents de façon sécurisée, de la prise de rendez-vous en ligne, des rappels au patient de l'horaire de son rendez-vous et des modalités de connexion.

  • des solutions connectées au dossier patient du professionnel (ou comportant un dossier patient a minima), au DMP, ou encore des plateformes offrant des possibilités plus vastes de collaboration par télémédecine (téléexpertise…)


Les points de blocage et difficultés possibles :

- réseau trop faible : une téléconsultation dégradée est possible en utilisant le téléphone (consultation audio) complétée par un échange de documents ou de photos par un canal sécurisé (messagerie sécurisée)
- une mauvaise qualité de l’image lorsqu'une observation est nécessaire, la difficulté à communiquer, la non obtention de renseignements cliniques suffisants pour établir un diagnostic ou décider d’une stratégie doivent faire renoncer à la téléconsultation et proposer un rendez-vous physique.

- la non compatibilité de la solution de téléconsultation avec le DPI et/ou l'agenda, nécessitant des ressaisies.

 

Choix des outils et solutions 

De nombreux critères peuvent entrer en ligne de compte en fonction des pratiques. 

L'ergonomie des solutions peut être variable, et les possibilités qu'elles offrent également :

  • gestion d'agenda ? 

  • partage de documents sécurisés du médecin vers le patient ou dans les deux sens (résultats d'analyses, ordonnances, photos,...,) ? 

  • salle d'attente virtuelle ? 

  • enregistrement de la conversation (données audio et/ou vidéo, par ex de mouvements anormaux, de difficultés d'élocution,...) pouvant alimenter le dossier patient  ?

  • accès au dossier patient, lien avec le DPI ou DMP pour le compte-rendu,... ?

  • paiement en ligne ? 

  • possibilité d'aller vers de la téléexpertise ?

Pendant la crise Covid-19, le Ministère des Solidarités et de la Santé et l'ANS ont proposé une liste des prestataires de solutions de téléconsultation et de téléexpertise (base autodéclarative) : voir cet article !


 

Les niveaux d'usages en téléconsultation

Vous trouverez dans les tableaux et schémas ci-dessous différents types de téléconsultations et niveaux d'usages possibles en fonction des outils utilisés et des professionnels mobilisés.  ​

L'efficacité des différents modes de pratique est variable et relatif aux contextes de réalisation des téléconsultations : motif médical de la téléconsultation, historique du patient, compétences techniques des personnes mobilisées, outils et réseaux internet/mobiles disponibles, organisation pratique... Il est donc difficile de donner des recommandations figées sur un modèle "unique" de téléconsultation.

Il est toutefois possible, au travers de ces travaux du Collectif Téléconsultation, d'envisager de multiples façons de travailler à distance, avec les autres acteurs de santé du territoire. Il y a en effet encore de grandes marges de progression possibles dans les pratiques réelles de téléconsultation, pour tendre vers plus d'efficacité, de sécurité et de confort, au service des patients comme des soignants.

 Mise à jour : 29/09/20 
Outils et niveaux d'usage
pour des téléconsultations efficaces
 

Introduction

La question des outils et des solutions est une des premières questions que se posent les professionnels, en particulier les libéraux, qui doivent eux-mêmes sélectionner les outils et solutions adaptées à leurs besoins, puis les installer, les paramétrer, les utiliser. 

La première partie de cette fiche vous donnera quelques indications et repères pratiques sur les outils qui peuvent être utiles et quelques astuces.

La seconde question est de connaître l'éventail de pratiques possibles avec et en fonction de ces outils. Entre une simple connexion par téléphone, et une téléconsultation permettant à la fois d'accéder au dossier patient, de le voir, éventuellement accompagné d'un autre professionnel, de lui envoyer des documents, et de percevoir le règlement en ligne, on voit que les "niveaux d'usages" peuvent être multiples. 

La seconde partie de cette fiche propose donc une catégorisation des "types d'usages" possibles en fonction des outils à disposition et des personnes mobilisées. Nous espérons qu'elle sera clarifiante et inspirante pour développer des pratiques avancées de téléconsultation.

Des professionnels : 

  • "Moi je n'utilise que le téléphone, ça me suffit pour ma pratique."

  • "La visioconférence, quand on en a pris l'habitude, ça devient indispensable pour voir et échanger avec le patient presque comme au cabinet."

  • "J'aimerais avoir deux écrans, l'un pour consulter le dossier patient et l'avoir sous les yeux, l'autre pour voir mon patient.

  • "Je trouve ça très pratique de pouvoir envoyer ma prescription via la solution de téléconsultation. Tout le monde gagne du temps !"

 
 

Astuces de pairs

  • Pour faciliter l'organisation et la réussite de ces téléconsultations :

    • la téléconsultation assistée, par un infirmier ou un pharmacien auprès du patient, constitue une piste très intéressante d'évolution des pratiques, permettant de compléter un diagnostic à distance, de faciliter la réalisation technique, de réaliser des mesures ou des gestes médicaux simples ou guidés. Tous les intervenants peuvent être rémunérés dans le cadre de ces téléconsultations assistées : qu'il s'agisse du médecin, du paramédical, et même d'un second médecin participant à la téléconsultation. En savoir plus !

    • Ne négligeons pas, lorsque cela est possible, le rôle facilitateur du secrétariat médical qui devrait être formé aux solutions utilisées, et informées des bonnes conduites à tenir auprès des patients.

    • Dans certaines structures, les "infirmières de télémédecine" ont également un rôle d'accompagnement technique et opérationnel, notamment auprès des professionnels à l'hôpital.

 

 
 
Réagissez, posez vos questions !

Catel, Centre de Ressources et d'Expertise en e-santé - www.catel-esante.fr

Autres sites : www.catelvisio.fr - www.catelparis.frwww.smart-bear.fr