Questions fréquentes

Pour mettre en place la téléconsultation

dans le contexte de la crise Covid-19

 
 

1.

Pourquoi faire de la téléconsultation dans ce contexte de crise ?

 

  • Pour mieux gérer les flux de patients, optimiser le triage, prescrire en quelques clics.

  • Pour freiner l'épidémie en limitant les déplacements et les contacts entre patients, tout en vous préservant en tant que soignant. 

2.

Dans quel cadre est-ce autorisé ? Qui peut réaliser ces téléconsultations ?

 

  • Ce que dit la loi : Tous les médecins généralistes et spécialistes peuvent prescrire des actes de télémédecine. Ils doivent avoir déjà vu une première fois le patient en consultation. Il faut recueillir le consentement éclairé du patient et utiliser une plateforme sécurisée.

  • Les aménagements spéciaux pendant la crise Covid-19 : Pendant l’épidémie le Ministère a autorisé que les primo-consultations puissent se faire pour des patients présentant une symptomatologie covid +. Ces consultations sont remboursées. Il faut toujours s'assurer, au moins oralement, que le patient soit consentant et comprenne qu'il va bénéficier d'une téléconsultation. Il est possible d'utiliser des systèmes de communication courants non sécurisés. Les IDE peuvent également mettre en oeuvre du télésuivi de leurs patients. Un guide a été publié à leur attention.

3.

Comment facturer les actes ?

 

L'assurance Maladie a fourni une fiche détaillée pour les médecins expliquant pas à pas comment facturer, être payé, transmettre la prescription au pharmacien, téléprescrire les arrêts de travail.  

  • Les téléconsultations pour COVID-19 sont remboursées depuis le 12 mars à 100 % dès la primo-consultation.

  • Les téléconsultations de suivi sont remboursées dans le droit commun au tarif habituel ( 25 euros pour le médecin généraliste, 30 euros pour le spécialiste).

4.

Quelle solution, quel matériel choisir ?

 

Actuellement, tout ce qui permet aux patients et aux médecins de correspondre sans se déplacer doit être utilisé largement, sans limitation de technique. Il faut évidemment privilégier le moyen technique le plus adapté et le plus facile à appréhender pour les médecins non encore utilisateurs et pour les patients âgés qui ont des difficultés avec la manipulation de nouvelles technologies.

 

  • Les solutions sécurisées et professionnelles : Le ministère vient de diffuser 2 tableaux synthétiques présentant les capacités et possibilités des différentes plateformes existantes. A noter : ces prestataires se sont mis en ordre de bataille pour répondre à vos questions et vous faciliter la tâche en cette période. Certains ont créé une hotline, et recruté spécialement pour vous accompagner. 

  • Les solutions exceptionnellement autorisées : Vous avez le droit d'utiliser Facetime, What's app, Skype,... Toutefois, nous vous recommandons vivement de choisir une solution sécurisée, qui sera aussi simple d'usage et que vous pourrez continuer à utiliser après la crise !

  • Le matériel : webcam + micro ou smartphone, c'est comme vous voulez ! Il n'y a pas de matériel spécifique requis pour la prise en charge classique des suspicions de COVID-19. 

5.

Comment orienter mes patients vers de la téléconsultation ?

C'est peut-être ce qui vous questionne le plus ! Voici quelques idées :

  • Informez le personnel d'accueil et d'orientation, les secrétaires de la marche à suivre, dans quel cas et de ce qu'ils doivent dire aux patients.

  • Informez à l'avance et par sms les patients fragiles : certains spécialistes informent leurs patients chroniques qu'en cas de besoin, ils ont mis en place de la téléconsultation, et fournissent un lien utile ou numéro à appeler. 

  • Proposez de la téléconsultation au moment de la prise de rendez-vous : certains médecins invitent leur secrétariat à orienter les parents de jeunes enfants ou les EHPAD vers des plages de rendez-vous dédiées à la téléconsultation dans leur agenda. 

  • Mettez des affiches à l'entrée de l'hôpital ou du cabinet, communiquez sur votre site web :  Expliquez aux patients que vous avez ouvert un service de téléconsultation et comment y accéder : 
    Voir cet article pour plus de détails à ce sujet !

6.

Est-ce que la prise en main sera rapide, côté soignant ?

 

  • Temps estimé : Suivant les fournisseurs, il faut compter 30 minutes à 1 heure de prise en main pour installer et paramétrer l'outil. Cela peut être fait par un technicien ou par un soignant. 

  • Conseil :  Déléguez si vous le pouvez l'installation et le paramétrage à un personnel administratif ou à un technicien, pour ne pas perdre de temps médical. 

 
 
 
 

Catel, Centre de Ressources et d'Expertise en e-santé - www.catel-esante.fr

Autres sites : www.catelvisio.fr - www.catelparis.frwww.smart-bear.fr